*** Index du Forum ***

Site Internet d'information sur l'Envoyé de Jésus Christ, Simon Kimbangu, et son oeuvre.
Nous sommes le 19 Jan 2019 20:43

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: SOLDATS D'ARMAGEDDON ( SODA YA MIKUSE ): MYTHE OU REALITE ?
MessagePosté: 15 Mar 2014 18:04 
Hors ligne

Inscription: 11 Jan 2007 00:09
Messages: 131
Plus d’un kimbanguiste a déjà entendu parler des soldats d’Armageddon ou « ba soda ya mikuse » qui signifie en lingala « les soldats de petite taille ». Êtres spirituels tout à fait invisibles à l’œil nu, ils ne mesurent même pas un mètre à cause de leur nanisme. Bien que corpulents et trapus, ils ont une force et une puissance herculéennes hors du commun. Ils reçoivent directement leurs ordres de la sainte trinité et ce sont eux, selon la tradition kimbanguiste, qui ont fait partir les colons belges du Congo-Léopoldville (actuel R.D.C ou Congo-Kinshasa) au moment de l’indépendance de ce grand pays.

Le 4 janvier 2005, à Luntendele, le révérend pasteur Nsumbu Ndompetolo, ancien pasteur de la ville de Kinshasa, témoigna avoir eu la chance de voir à l’œuvre le 4 janvier 1959 un soldat d’Armageddon, entrain de déraciner un poteau électrique sur une des grandes artères de Léopoldville. Mais, malgré les différents témoignages et anecdotes connus à propos de ces soldats atypiques, une certaine opinion publique reste tout de même sceptique quant à leur existence effective et à leur manifestation dans le monde.

On le sait, Dieu est le meilleur témoin de l’homme et vice versa. En 1989, lorsque Papa Diangienda Kuntima donna à papa Iyefa Adama (colonel et aumônier en chef du culte kimbanguiste au sein de l’armée zaïroise puis congolaise) la possibilité de lui poser toutes sortes de questions, sa curiosité d’intellectuel, de théologien et d’aumônier l’incita à demander clairement si l’histoire des soldats d’Armageddon était un mythe ou pas. En guise de réponse, Papa Diangienda Kuntima le mit tout simplement devant le fait accompli, en le faisant se rencontrer avec l’un d’eux.

Avant de résumer les faits tels qu’exposés par papa Iyefa Adama lui-même au cours des forums organisés par les jeunes kimbanguistes de Ndjili, voici la question qui avait été posée à l’époque au chef spirituel par la personne susmentionnée : « Papa, moi je suis soldat et j’aimerai savoir si les soldats de petite taille existent réellement ou pas » ? (Cf Cahiers des forums N° 8, eteni ya minei, « mituna mia ngai _ mia ngai papa Iyefa Adama _ epayi ya Papa Mfumua a nlongo Joseph Diangienda Kuntima, 2000-2001).

Après que papa Iyefa Adama lui ait soumis sa préoccupation, Papa Diangienda Kuntima lui proposa de revenir le voir très tard dans la nuit du mercredi, au moment où le centre d’accueil kimbanguiste de Kinshasa retrouve toute sa quiétude. Le chef spirituel avait précisé d’avance à Papa Iyefa Adama qu’il souhaitait lui présenter quelqu’un. Le moment venu, respectant la consigne donnée, il était arrivé au rendez-vous à l’heure convenue. Tous les deux se sont retrouvés à l’extérieur de la résidence Shenouda III située au centre d’accueil kimbanguiste de Kinshasa. Alors que Papa Diangienda Kuntima était resté debout près de la porte de la résidence faisant face à l’arbre du voyageur, papa Iyefa Adama, lui, s’était agenouillé à ses côtés.

Pourquoi ce rendez-vous a-t-il eu lieu la nuit et non pas le jour ? Il va sans dire que compte tenu de ses obligations de chef spirituel et de l’afflux incessante des kimbanguistes et non kimbanguistes qui venaient à lui, matin, midi et soir, recevoir selon les cas guérison et bénédiction, ou plutôt solliciter un conseil ou tout autre service; Papa Diangienda Kuntima ne parvenait vraiment à se libérer que tard dans la nuit. Ce n’est donc qu’à ce moment-là qu’il était censé avoir un peu de temps pour lui. Il est vrai que le mercredi avait dans son agenda une importance capitale, dans la mesure où c’est le seul jour de la semaine où il s’isolait toute la journée du monde ambiant, pour se reposer, réfléchir et méditer. Rares étaient les exceptions.

Cette nuit-là, après une courte prière dite dans une langue que papa Iyefa Adama ne connaissait pas, Papa Diangienda Kuntima tapa dans ses mains trois fois de suite ; et presqu’aussitôt, un homme émergea de terre comme dans un film de science-fiction. Et, à la grande surprise, cet inconnu n’était autre qu’un soldat d’Armageddon. A ce moment-là, papa Iyefa Adama était resté à genoux près du chef spirituel, mais le fameux soldat ne lui arrivait qu’au niveau de l’épaule. Il était vêtu d’une tenue militaire et ses yeux brillaient comme des projecteurs, et de son corps d’un pourtour d’à peu près 2m s’échappait un froid digne d’une chambre froide. Papa Diangienda Kuntima le salua en kikongo, et le soldat de petite taille lui répondit également en kikongo, d’une voix rauque et caverneux.

Par la suite, Papa Diangienda Kuntima lui parla en français en disant : « Je vous ai appelé pour que vous puissiez rencontrer notre aumônier en chef papa Iyefa Adama. Est-ce que vous le connaissez ? Il répondit : bien sûr que je le connais. Papa Diangienda Kuntima demanda alors à papa Iyefa Adama de serrer la main de son collègue soldat, mais ce dernier eut beaucoup à le faire car il avait peur de l’autre. Finalement, sur insistance du chef spirituel, il réussira à le saluer la main dans la main. Qu’est ce que tu as ressenti en le faisant ? demanda Papa Diangienda Kuntima. Réponse de papa Iyefa Adama : « une sensation de courant électrique a parcouru ma main ». Le chef spirituel rassura ce dernier : « Si j’ai tenu à ce que vous puissiez vous rencontrer, c’est parce que cela a vraiment un sens. Il y a en permanence trois soldats de ce type dans chacune de nos paroisses, excepté celle de Kimbanseke qui en a six. Car, là-bas, les démons dérangent plus que partout ailleurs. Leur quartier général se trouve ici même au centre d’accueil kimbanguiste de Kinshasa ».

Papa Iyefa Adama affirme avoir revu le soldat d’Armageddon en question lors des affrontements, ayant eu lieu dans la province du Kivu entre l’A.F.D.L et les rebelles de différents groupes armés apparus dans l’est de la R.D.C, après l’avènement du président Laurent Désiré Kabila. Un jour, l’intensité des combats fut telle que papa Iyefa Adama et les soldats qu’il avait sous son commandement (certainement d’autres aumôniers kimbanguistes. En règle générale, les aumôniers ne prennent pas les armes, mais ils peuvent accompagner les unités combattantes sur le champ de bataille) battirent en retraite. En fuyant les zones de combat, ils espéraient gagner la province de Kisangani au moyen d’une jeep militaire.

Lorsque celle-ci arriva près d’une rivière, un capitaine en descendit et s’en alla en éclaireur vérifier s’il y avait éventuellement un pont pour traverser de l’autre côté. Oubliant curieusement la règle élémentaire de prudence, il se permit de rendre compte à papa Iyefa Adama à haute voix : « Mon colonel, le pont a été détruit et on ne peut donc pas traverser la rivière ». Il avait à peine fini de prononcer sa dernière phrase qu’une salve de coups de feu retentit et le pauvre capitaine fut tué par un groupe d’ennemis embusqués dans la végétation touffue. Les pneus de la jeep ayant été endommagés par des tirs nourris, papa Iyefa Adama et les autres survivants n’avaient d’autre choix que de sauver leur peau en courant pêle-mêle.

Dans cette débandade, papa Iyefa Adama eut quand le réflexe de prier et en une fraction de temps il sentit un léger vent frais lui caresser le corps, à l’endroit même où il s’était agenouillé. En jetant un coup d’œil furtif aux alentours, il vit le soldat d’Armageddon (à lui présenté par Papa Diangienda Kuntima au centre d’accueil kimbanguiste de Kinshasa) lui indiquer la direction à prendre pour échapper à leurs ennemis. Avant que papa Iyefa Adama ait pu réaliser qu’il ne rêvait pas, le soldat avait déjà disparu sans laisser de trace. La plupart des soldats du groupe étaient décédés, ils n’étaient restés au final que trois y compris papa Iyefa Adama lui-même. Tous se mirent en marche pour suivre la direction indiquée, mais les deux soldats subalternes trouvaient cela imprudent et rechignaient du coup à suivre leur supérieur.

Devant l’hésitation de l’un et de l’autre, papa Iyefa Adama leur dit : « Que celui qui veut vivre me suive sans discuter ». Et, bien qu’encerclés de toutes parts, ils s’en allèrent tranquillement de là sans avoir rencontré un seul ennemi, ni avoir entendu un seul coup de feu. Comme l’objectif principal était d’arriver à Kisangani, les trois soldats marchèrent longuement jusqu’à ce qu’ils furent tous accablés par la soif et la faim. Diabétique de son état, papa Iyefa Adama ne put faire un pas de plus. Il demanda aux deux soldats qui étaient avec lui de s’en aller, en prenant le soin de le tuer d’une ou deux balles avant de partir ; afin qu’il ne tombe pas le cas échéant entre les mains de leurs ennemis. Refusant de donner la mort à leur chef hiérarchique, ils le laissèrent sur place et s’éloignèrent pour aller chercher de l’eau à boire ; convaincus que seul ce précieux liquide pouvait lui redonner la force nécessaire et indispensable.
Dès que les soldats tournèrent le dos, papa Iyefa Adama crut sa dernière heure arrivée ; il s’agenouilla dans les hautes herbes et pria en ces termes : « Papa Diangienda Kuntima, je remets mon âme entre tes mains, au cas où ma fin serait réellement arrivé ». La prière à peine terminée, papa Iyefa Adama se coucha aussitôt ventre contre terre. C’est alors qu’il sentit souffler autour de lui un vent frais, suivit par une nette sensation d’avoir été touché à l’épaule, avant d’entendre une voix d’homme : « papa Iyefa, réveilles-toi ». S’étant redressé, il remarqua la présence manifeste du soldat d’Armageddon habituel.

Cette fois-ci, il était habillé d’une chemise bleue ciel aux manches soigneusement retroussées. Il s’adressa d’emblée à papa Iyefa Adama : « Papa Dialungana Kiangani m’envoie t’informer qu’il t’attend au centre d’accueil kimbanguiste de Kinshasa ». Le colonel lui demanda : « toi, tu ne peux pas m’y emmener » ? Mais, le soldat d’Armageddon rétorqua : « ma mission ne consiste pas en cela, sache que tu arriveras à bon port à Kinshasa, car Papa Dialungana Kiangani t’y attend ». Papa Iyefa Adama ne s’avoua pas vaincu et poursuivit : « mon corps est dans un tel état d’affaiblissement que je ne sais même pas comment ferai-je pour y arriver ». Pour toute réponse, le soldat d’Armageddon le toucha tout simplement et disparut comme il était apparu. A l’instant même, papa Iyefa Adama fut miraculeusement revigoré et se releva de pied ferme sans tarder.

A leur retour les deux soldats, partis à la recherche de l’eau, le retrouvèrent debout comme si de rien n’était. Et, tout de suite, l’ordre du colonel tomba naturellement comme un couperet : « prenez vos armes, on s’en va tout de suite et en marche ! ». C’est ainsi que papa Iyefa Adama et les deux soldats qui l’accompagnaient quittèrent la province du Kivu pour celle de Kisangani. Et c’est à partir de là-bas qu’ils s’organisèrent pour rejoindre la capitale Kinshasa, où Papa Dialungana Kiangani attendait patiemment papa Iyefa Adama.

En définitive, ce n’est pas parce que l’on n’a jamais eu l’opportunité de les voir, qu’il faut conclure que les fameux soldats d’Armageddon n’existent pas. Cela n’est pas donné à tout le monde, et seuls ceux qui possèdent le don de vision peuvent apercevoir ou voir ces êtres spirituels, invisibles à l’œil nu. A défaut de les voir, le témoignage de papa Iyefa Adama nous instruit largement sur leur existence et leur manifestation. Que chacun laisse sa foi opérée en lui pour qu’il croie bien avant même d’avoir compris.

_________________
Bobangi bua Njambe ezali ebandeli ya mayele.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com