*** Index du Forum ***

Site Internet d'information sur l'Envoyé de Jésus Christ, Simon Kimbangu, et son oeuvre.
Nous sommes le 20 Mar 2019 19:45

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: D'OU VIENNENT LES MALADIES DONT NOUS SOUFFRONS ?
MessagePosté: 21 Avr 2014 10:28 
Hors ligne

Inscription: 11 Jan 2007 00:09
Messages: 131
A quel moment la chair est vraiment faible ? A notre avis, c’est quand l’homme est physiquement atteint par la maladie, et celle-ci se manifeste souvent par des signes apparents, qui modifient la physionomie du malade. Mais, d’où viennent les nombreuses maladies dont nous souffrons ? Selon le chef spirituel et représentant légal de l’église, Papa Simon KIMBANGU, il y a normalement trois principales sources dûment établies : les péchés, les sorts et les aliments.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important d’éclaircir quelques zones d’ombre sur le manque d’hygiène individuelle ou collective, qui peut contribuer à l’avènement de certaines maladies. Prenons l’exemple précis et concret du paludisme (malaria). Alors qu’en Afrique, on continue à déplorer les milliers de morts causés tous les jours par ce fléau, pour lequel il n’existe pas encore de vaccin. Par contre, depuis longtemps celle-ci a déjà été éradiqué en Europe, aux Etats-Unis et ailleurs. Dans les rares hôpitaux occidentaux où l’on traite encore des maladies tropicales, aucun décès n’est enregistré depuis sur ce macabre registre.
Pour éradiquer le paludisme (malaria), l’Europe, les Etats-Unis et autres n’ont pas fait de miracles mais ils ont plutôt fait preuve de pragmatisme. La politique d’urbanisation et de gestion des villes combinée avec la régularité des travaux de voirie et d’assainissement ont permis à long terme de venir à bout de ce fléau ravageur. On espère qu’un jour, l’Afrique parviendra elle aussi à sortir du cercle vicieux du paludisme (malaria).

S’agissant des principales sources de maladies, nous avons dit qu’il y en avait essentiellement trois : les péchés, les sorts et les aliments.

Le fait que l’on cite le péché comme source indiquée d’éventuelles maladies peut surprendre. Depuis toujours, la bible nous offre un exemple édifiant sur la relation de cause à effet entre le péché et la maladie. Souvenez-vous de ce qui était arrivé à Myriam, lorsqu’elle et Aaron parlèrent contre Moïse parce qu’il avait épousé une femme noire. Eh bien ! L’Eternel descendit dans une colonne de nuée, se tint à l’entrée de la tente et appela Aaron et Myriam, qui sortirent d’où ils étaient pour se présenter à lui. Après que l’Eternel ait manifesté sa colère contre eux et s’est aussitôt retiré de leur présence, Myriam fut instantanément frappée par la lèpre. Et pourquoi seulement Myriam et non pas Aaron ? Parce que c’est elle qui était la principale fautive. Ne comptez pas sur nous pour vous en dire plus sur le penchant de certaines femmes concernant la médisance, et notamment lorsqu’elles ont affaire à leurs belles-sœurs. Et, dans le cas présent, c’était bien Séphora, l’épouse de Moïse, qui était visée. Ayant vu ce qui était arrivé à leur sœur Myriam, Aaron supplia Moïse d’intercéder pour elle. Moïse cria à l’Eternel en disant : « O Dieu, je te prie, guéris-la. Et l’Eternel répondit à Moïse… qu’elle soit exclue du camp pendant sept jours ; après quoi, elle y sera réintégrée » (Nombres 12 : 1 à 16). Le peuple resta sur place pendant sept jours et Myriam fut enfin de la lèpre.

L’un des dix commandements de Dieu stipule que « tu ne voleras pas », parce que le fait de prendre quelque chose qui ne nous appartient pas est synonyme de vol. Ce qui nous appartient est à nous mais ce qui n’est pas à nous ne nous appartient pas », c’est ce qui a fait dire aux sages bakongo que « Kiaku kiaku, kiangani kiangani ». Cela nous fait d’ailleurs rebondir sur la relation de cause à effet entre le péché et la maladie. Et la bible, toujours elle, nous donne un très bel exemple qui colle parfaitement à ce raisonnement. Lisez dans 2 Rois 5 : 1 à 27 comment Guéhazi, le jeune serviteur d’Elisée a-t-il été atteint par la lèvre. Sachons-le : s’approprier par ruse, quelque chose qui ne vous appartient, équivaut naturellement au vol.
Ceux qui sont nés en Afrique, et qui ont grandi en milieu rural, peuvent en témoigner : certaines personnes sont devenues malades du jour au lendemain, pour s’être servi dans les champs d’autrui sans permission. Dans ce cas précis, peu importe que cette maladie ait été provoqué par la sorcellerie, les fétiches ou par de simples imprécations ; mais, en vérité, tout commence avec le péché du vol, car sans cela il n’y aurait pas eu de maladie.

En termes simples, jeter un sort à quelqu’un c’est l’ensorceler pour une raison ou pour une autre, chercher à le nuire spirituellement, ou encore attenter à sa vie en recourant à des moyens ou procédés occultes. Auparavant, le jet du sort était un domaine strictement réservé aux sorciers, féticheurs, marabouts, magiciens et consorts ; mais aujourd’hui même les non initiés aux pratiques occultes sont devenus d’insoupçonnables jeteurs de sorts. Parmi eux se trouve d’ailleurs des chrétiens pratiquants. Quant au sort lui-même, il correspond à une malédiction ou à une imprécation dont le fétiche est le principal support, et qui se traduit en réalité par diverses formes d’infortune, de maladies ou par la mort. Dans tous les cas, le choix ou la gravité du sort dépend de celui qui le jette ; et une fois qu’il l’a fait, il ne peut plus le retirer.
De plus en plus de maladies incurables surgissent de nulle part, le « mbasu » par exemple en est une parfaite illustration. En Afrique, de nombreux cas de maladies « mystiques »sévissent par la volonté de Satan à travers ses suppôts, qui ont même suscité dans certains pays du continent la création dans des marchés publics des « pré carrés » aux fétiches. On peut y acheter « un sort » au vu et au su de tous comme on achète n’importe quel article, sans que cela ne puisse être réglementé par la loi. Le nombre de victimes de cette pratique satanique augmente sensiblement de jour en jour, et personne ne sait quand est-ce que cela pourra s’arrêter. Ce qui est grave, c’est que la plupart des sorts sont consciemment jetés par vengeance personnelle, cupidité, jalousie, convoitise, haine, dépit amoureux… Les maladies résultant d’un sort sont naturellement inconnues de la médecine, qui devient dès lors inopérante, inefficace et donc impuissante.

Pour être en forme et survivre, les premiers vivaient de cueillette et de chasse. Ce n’est qu’avec le temps qu’ils ont appris à pratiquer l’agriculture et l’élevage. Ces deux activités, qui sont les piliers traditionnels de toute économie nationale, se sont développées avec l’augmentation de la population. En effet, il fallait produire plus parce qu’il y avait autant de bouches à nourrir, ce qui a conduit à la mécanisation de l’élevage et de l’agriculture. Et en ces temps-là, les hommes ne mouraient généralement que de maladies dont les vecteurs étaient plus ou moins connus. Mais les choses ont commencé à se compliquer de plus belle, lorsque la science et la technologie ont été mises à contribution, pour améliorer la qualité des produits.
L’utilisation de nombreux engrais et pesticides, la manipulation biologique des gènes de nombreux plantes et animaux, la fabrication artificielle de nourriture pour le bétail ou la volaille, le croisement forcé de certaines races d’animaux… tout cela s’est fait dans le but, semble-t-il d’augmenter la productivité et le rendement. Obsédés par les retombées financières, les industriels et les différents lobbies ne se préoccupent pas de savoir, quels sont les conséquences de toutes ces manipulations sur la santé publique. Aujourd’hui, sont apparues de nouvelles maladies dues aux organismes génétiquement modifiés (O.G.M) et à la toxicité de certains produits chimiques utilisés dans la composition des engrais et des pesticides. Toutes les maladies dont nous souffrons aujourd’hui ne viennent pas toutes de là, mais beaucoup d’entre elles sont d’origine alimentaire.

Certains péchés sont des portes ouvertes aux possessions démoniaques, qui peuvent se manifester sous l’apparence de graves maladies rares et incurables ; d’infirmités physiques ou psychiques inconnues de la médecine. Loin de la sphère spirituelle, d’autres maladies sont le résultat de la pollution, du stress, du manque d’hygiène…

_________________
Bobangi bua Njambe ezali ebandeli ya mayele.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com