*** Index du Forum ***

Site Internet d'information sur l'Envoyé de Jésus Christ, Simon Kimbangu, et son oeuvre.
Nous sommes le 20 Mar 2019 19:44

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: A QUI LA FAUTE SI MAMA NSALULU N'A PAS ETE ENTERREE A NKAMBA
MessagePosté: 28 Juil 2014 19:21 
Hors ligne

Inscription: 11 Jan 2007 00:09
Messages: 131
Le sujet est certes délicat mais il n’a rien de tabou, parce qu’il a déjà défrayé la chronique il y a de cela six mois. Avec tout le respect que nous avons pour la mémoire de notre chère maman, on ne peut pas tolérer que les mauvaises langues osent désigner Papa Simon KIMBANGU comme le coupable idéal du non-enterrement de mama Pauline Nsalulu’a Kanda à Nkamba. Cette accusation grave et infondée, qui a salie la réputation du chef spirituel et représentant légal de l’E.J.C.S.K, mérite d’être démentie formellement afin que le pire des mensonges ne devienne pas une notoire vérité absolue.

Dans le temple de Nkamba, mama Pauline Nsalulu’a Kanda avait avoué dans sa prière de clôture du culte circonstanciel du 26 août 2001, qu’un seul des petits-fils de Papa Simon KIMBANGU avait été oint pour être chef spirituel et représentant légal de l’église kimbanguiste. Mais, lorsque la majorité d’entre eux décident de se retirer à Monkoto (loin de l’église), mama Pauline Nsalulu’a Kanda se retrouve malheureusement du mauvais côté par sentimentalisme et non pas par conviction.
Mama Nsalulu’a Kanda, comme son nom l’indique clairement, est celle qui était restée pour assurer et maintenir la cohésion de la descendance de Papa Simon KIMBANGU. Après la disparition de nos trois Papas, elle était entre autres mieux placée que quiconque pour aider l’église à écarter de l’héritage spirituel l’intrus qui s’y était infiltré depuis belle lurette.

Cependant, malgré sa très bonne connaissance du brûlant dossier, notre regrettée maman n’a aucunement facilité la tâche (combien délicate) à la famille de nos trois Papas et aussi à l’église, qui tenaient à clarifier les choses. Or, il avait juste fallu qu’elle dise haut et fort sa part de vérité pour mettre tout le monde d’accord, ce qui aurait permis depuis de mettre le fameux intrus hors d’état de nuire. Mais, en gardant un silence coupable à ce sujet, notre regrettée a plus ou moins contribué au schisme qui a eu lieu au sein du kimbanguisme ; parce que l’intrus en question a été l’un des principaux acteurs qui ont activement tiré les ficelles dans l’ombre, pour qu’on en arrive à la situation actuelle.

Lors de son séjour à Kinshasa en 2005, mama Pauline Nsalulu’a Kanda avait eu à affirmer timidement du bout des lèvres que : « P azali muana tobokola kasi azali na tata na ye na mama na ye ». En français, cela veut dire que : « P est un enfant que nous avions eu à élever mais il a son père et sa mère biologiques ». A l’heure où elle fit cette tardive déclaration de principe, il était déjà trop tard pour arranger quoique ce soit. Bien que Papa Zako ait révélé auparavant que papa P n’a jamais été un véritable petit-fils de Papa Simon KIMBANGU, aucun des chefs spirituels de « Monkoto » n’avait osé confirmer ni relayer ce désaveu publique. Tous ont fait profil bas.

Dans la nuit du 5 au 6 avril 2006, Papa Mbote mu Nzila, un fidèle kimbanguiste de Paris, avait eu un terrible songe dans lequel Papa DIANGIENDA KUNTIMA le missionnait d’aller avertir mama Pauline Nsalulu’a Kanda, sur le fait qu’elle avait l’obligation de réconcilier et de réunifier leur progéniture. Faute de quoi, son enterrement programmé à Nkamba serait compromis. Nous avions vu à l’époque les images réalisées par papa Mvila et diffusées à Kinshasa par la RTK, montrant papa Mbote mu Nzila agenouillé en face de mama Pauline Nsalulu’a Kanda entrain de lui conter son songe, sous le regard attentif de mama Nelly.

Papa DIANGIENDA y avait bien précisé que notre regrettée maman savait exactement ce qu’elle avait à faire, puisqu’elle connaissait parfaitement leur divine volonté. A l’époque, papa Mbote mu Nzila avait accompli sa mission telle que le lui avait demandé Papa DIANGIENDA. Par contre, on ne sait pas si de son côté notre regrettée maman avait également fait la sienne. Mais, par rapport à la tournure des événements survenus après sa mort, on est tenté de croire que rien ne fit accompli dans ce sens-là. Devant la persistance de la situation de division de la descendance de Papa Simon KIMBANGU, un ange de Dieu avait inspiré un premier cantique spirituel à l’intention de notre regrettée maman. Malgré cet alarmant avertissement, elle ne bougea pas et resta tranquillement du côté de « Monkoto ».

Quoique l’on dise sur l’attitude de Papa Simon KIMBANGU KIANGANI, il va sans dire que Dieu ne fait rien au hasard. Il importe d’ailleurs de souligner que de 2001 à 2014, il ne manquait jamais d’intercéder en faveur de notre regrettée maman. C’était là un signe de bon augure de sa part, qui se poursuivit jusqu’au-delà du 12 février 1914. C’est vrai que théoriquement parlant, celle-ci n’a jamais été considérée comme un ténor de « Monkoto », mais dans les faits on avait pratiquement l’impression qu’elle en était devenue un membre effectif.

A l’occasion de sa tragique disparition, les petits-fils de Papa Simon KIMBANGU ont une fois de plus joué la carte de la division, en transformant la dépouille de notre regrettée maman en monnaie de change et en moyen de pression. C’est triste mais c’est la vérité : quoique morte, cette dernière n’est pas entrée dans Nkamba pour n’avoir pas fait la volonté exprimée par Papa DIANGIENDA, dans le songe prémonitoire fait par papa Mbote mu Nzila. Et, à combien plus forte raison les descendants de Papa Simon KIMBANGU, encore en vie, qui ont eux aussi bafouée la ferme volonté de nos trois Papas, selon laquelle l’église kimbanguiste devait être dirigée par un chef spirituel attitré assisté par deux adjoints.

Que ceux qui ont le temps de méditer là-dessus le fassent sans hésiter : si la défunte n’est pas entrée à Nkamba, eux non plus n’y entreront pas tant qu’ils resteront en situation de rébellion vis-à-vis de l’église kimbanguiste et de son chef spirituel. Il est vrai que ça peut faire sourire mais il y a là matière à méditer et non à sourire. Essayons plutôt de nous souvenir de ce qui était arrivé aux enfants du juge Samuel quand ils se comportèrent très mal aux yeux de leur père et au regard du Père Eternel.

Papa Simon KIMBANGU KIANGANI savait spirituellement que mama Pauline Nsalulu’a Kanda ne sera pas enterrée à Nkamba. Mais, afin qu’on ne l’accuse pas d’être physiquement à l’origine de son non-enterrement aux côtés de son mari, il avait fait en parfaite symbiose avec l’église une concession exceptionnelle : celle d’accorder à un nombre restreint de petits-fils rebelles de Papa Simon KIMBANGU de se rendre sur place pour y conduire notre défunte maman à sa dernière demeure. Quand bien même il était de notre intérêt à tous que cette dernière puisse reposer pour l’éternité à Nkamba, la vérité est telle qu’aucune bonne volonté humaine (ni l’éventuel accord des chefs spirituels de Monkoto de faire acheminer le corps de Pauline mama Nsalulu’a Kanda, ni le « Kimpa » c’est-à-dire le miracle réclamé le 3 mars 2014 à Papa Simon KIMBANGU KIANGANI par les ressortissants de Kinzungidka et les kimbanguistes rassemblés à Nkamba) ne pouvait changer la sentence déjà exprimée par Papa DIANGIENDA à papa Mbote mu Nzila, au cas où notre regrettée maman ne réussirait pas sa mission.

Il va sans dire que le premier cantique, divinement inspiré et capté à l’intention de mama Pauline Nsalulu’a Kanda, allait dans le même sens que le songe fait par papa Mbote mu Nzila. Papa DIANGIENDA avait été très clair dans son propos : si elle ne faisait pas leur divine volonté, les portes de la cité sainte de Nkamba lui seront fermées le jour de sa mort. Aujourd’hui, nous sommes tous devant le fait accompli : notre regrettée maman s’est retrouvée à Kasangulu et non pas à Nkamba.

Cela étant, est-on en mesure de soutenir que ce premier cantique n’était pas inspiré mais composé ? Doit-on mettre en doute la véracité du songe de papa Mbote mu Nzila alors qu’il se réalise sous nos yeux ? Dans tout ça, où est la faute de Papa Simon KIMBANGU KIANGANI si mama Pauline Nsalulu’a Kanda a été enterrée à Kasangulu plutôt qu’à Nkamba ?

Un deuxième cantique divinement inspiré et capté le 6 mars 2014 après son enterrement à Kasangulu. Papa KISOLOKELE y exprime son amertume du fait que son épouse ait été enterrée loin de lui, alors que celles de ses deux frères sont à Nkamba auprès de leurs maris. Il promet une fois de plus que les coupables recevront le moment venu les coups de fouet en fil de fer (fimbo ya bibende). Quant à mama Pauline Nsalulu’a Kanda qui intervient également dans ce même cantique, elle accuse ses enfants de l’avoir empêché d’aller à Nkamba et de l’avoir envoyé ailleurs en esclavage. (Ce n’est pas nous qui le disons mais le cantique divinement inspiré et capté). Elle leur prédit des moments difficiles et surtout le sauve-qui-peut. Qui vivra verra !

_________________
Bobangi bua Njambe ezali ebandeli ya mayele.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com