*** Index du Forum ***

Site Internet d'information sur l'Envoyé de Jésus Christ, Simon Kimbangu, et son oeuvre.
Nous sommes le 20 Mar 2019 19:45

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: COMMENT DEVIENT-ON CHEF SPIRITUEL DE L'EGLISE KIMBANGUISTE ?
MessagePosté: 06 Avr 2015 12:01 
Hors ligne

Inscription: 11 Jan 2007 00:09
Messages: 131
Si l'on considère le 6 avril 1921 comme la date officielle de la fondation de l'Eglise kimbanguiste, il faut naturellement admettre que c'est Papa Simon Kimbangu lui-même qui en a été le tout premier chef spirituel. C'est donc en tant que tel qu'il passa le flambeau à mama Muilu Kiawanga Nzitani Marie, qui fit office de « régente » du fait de la minorité de Papa Diangienda Kuntima et dirigea donc l'Eglise kimbanguiste à titre exceptionnel dès la fin de 1921 jusqu'à fin avril 1958. Il s'agit là de la toute première génération de chefs spirituels.
Il est vrai que l'Eglise kimbanguiste n'a été reconnue officiellement par l'état colonial belge que le 24 décembre 1959, mais elle existait déjà officieusement depuis le 6 avril 1921. La déclaration administrative auprès des autorités compétentes n'est rien d'autre que la simple légalisation d'une situation de fait. Par ailleurs, l'Eglise chrétienne primitive n'a-t-elle pas débuté avec les apôtres de Jésus-Christ le jour de la pentecôte par l'effusion de l'esprit saint ?

Et, pourquoi donc renierait-on le fait que l'Eglise kimbanguiste ait pu commencer à Nkamba le 6 avril 1921 par le son de cloche de mama Muilu Kiawanga Nzitani Marie et la guérison miraculeuse de mama Nkiantondo ? On reconnaît volontiers que Papa Simon Kimbangu n'a baptisé personne et ses disciples non plus ; mais nombreux des fidèles, qui ont constitué dès 1921 le premier noyau de l'Eglise kimbanguiste, étaient en majorité des transfuges catholiques et protestants déjà baptisés.
Après l'arrestation de Papa Simon kimbangu et l'interdiction du kimbanguisme, ses inconditionnels fidèles tromperont la vigilance des autorités coloniales. Le jour, ils allaient prier au vu et au su de tous chez les protestants et les catholiques ; tandis que la nuit ils rejoignaient en catimini les assemblées kimbanguistes, qui tenaient leurs cultes clandestins en pleine forêt ou dans les maisons des fidèles.
Ceux qui n'étaient pas encore baptisés et qui professaient malgré tout la foi kimbanguiste, n'eurent d'autre choix que de recevoir eux aussi le baptême catholique ou protestant. Par contre, beaucoup d'autres attendront l'institution en 1949 du baptême du Saint-Esprit au sein de l'Eglise kimbanguiste pour se faire baptiser selon le rite kimbanguiste, et c'est Papa Dialungana Kiangani qui fut la toute première personne à être ainsi baptisé.

La deuxième génération de chefs spirituels est celle de nos trois Papas, à savoir : Papa Diangienda Kuntima, Papa Kisolokele Lukelo et Papa Dialungana Kiangani. Tous les trois avaient la particularité d'être spirituellement une seule et même personne. C'est pourquoi d'ailleurs durant les 30 ans passés à la tête de l'Eglise kimbanguiste par Papa Diangienda Kuntima, en tant que chef spirituel et représentant légal, il n'y a point eu entre eux la moindre crise au sommet. En vérité, jusqu'à preuve du contraire, l'Eglise kimbanguiste n'a besoin que d'un chef spirituel, qui peut être assisté si possible de deux adjoints. Ce n'est qu'une simple option et non pas une condition obligatoire comme on a souvent tendance à le rabâcher aujourd'hui. La preuve en est que lorsque Papa Diangienda Kuntima fut porté à la tête de l'église kimbanguiste, ses deux frères Papa Kisolokele Lukelo et Papa Dialungana Kiangani n'étaient en fait que de simples conseillers spirituels. Ce n'est que bien plus tard que l'un et l'autre deviendront respectivement chef spirituel 1er adjoint et chef spirituel 2e adjoint. En aucun cas, ils ne se révoltèrent contre leur frère cadet à cause de sa position de numéro un de l'Eglise fondée par leur père.

Depuis le 16 août 2001, l'Eglise kimbanguiste en est à sa troisième génération de chefs spirituels incarnée aujourd'hui par Papa Simon Kimbangu Kiangani, qui en est également le principal représentant légal. Fidèle au mode de direction qu'il avait inauguré à l'époque avec ses deux frères, Papa Dialungana Kiangani, fils puîné de Papa Simon Kimbangu et dernier chef historique du kimbanguisme, désigna donc nommément deux adjoints pour assister le chef spirituel attitré dans ses nobles fonctions. Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu, car les heureux élus ignorèrent tout simplement la divine volonté du Père spirituel. La suite, on la connait tous.
La principale question à laquelle nous devrions répondre est la suivante : comment devient-on chef spirituel de l'Eglise kimbanguiste ? Afin de ne pas ennuyer les lecteurs, on va s'intéresser particulièrement au cas de Papa Simon Kimbangu Kiangani, l'actuel chef spirituel et représentant légal ; tout en évoquant en passant ceux de ses illustres prédécesseurs, à savoir : Papa Diangienda Kuntima et de Papa Dialungana Kiangani.

Commençons donc par le commencement.

En 1921, alors qu'il fut déjà jugé et condamné à la prison à vie, Papa Simon Kimbangu devait quitter Thysville pour Léopoldville à bord d'un train conduit par un sujet sénégalais. Mais, malgré son savoir-faire et sa grande expérience, toutes ses tentatives de démarrer la locomotive restèrent vaines. Pour qu'elle puisse enfin quitter la gare, Papa Simon Kimbangu avait posé une condition sine qua non : il lui fallait au préalable voir sa petite famille et s'entretenir dans l'immédiat avec elle. Faute de quoi, le train dans lequel on l'avait embarqué ne bougerait pas d'un seul millimètre.
L'impact de ce miracle fut tel que l'on accéda avec beaucoup d'empressement à sa demande. Lorsque sa petite famille arriva enfin au grand complet c'est-à-dire son épouse et ses trois enfants, Papa Simon Kimbangu bénit en priorité son fils cadet bien avant ses frères aînés, car c'est lui et lui seul que Jésus-Christ avait spirituellement choisi pour lui succéder à la tête de l'Eglise. Cela nous rappelle l'agissement de Jacob envers Ephraïm et Manassé, les deux fils de Joseph, à son arrivée en Egypte (Genèse 48 : 8 à 20).

Nous l'avions déjà dit : bien qu'elle assura la transition du pouvoir spirituel en assumant les fonctions de chef spirituel sous le contrôle de Papa Simon Kimbangu, mama Muilu Kiawanga Nzitani Marie ne fait cependant pas partie de la Sainte trinité. C'est pourquoi on la considère plus comme une simple « régente », car l'Eglise kimbanguiste ne peut en réalité être dirigée que par Dieu lui-même.
Le 6 avril 1951, le jour où l'Eglise kimbanguiste totalisa 30 ans d'existence, Papa Simon Kimbangu procéda à la passation de pouvoir avec son fils Papa Diangienda Kuntima (révélation faite par Papa Simon Kimbangu Kiangani). Compte-tenu du choix spirituel porté par Jésus-Christ sur la personne de Papa Diangienda Kuntima, tout se passa donc entre Papa Simon Kimbangu et son fils cadet ; Papa Kisolokele Lukelo et Papa Dialungana Kiangani, eux, n'étaient pas du tout concernés.

Plus tard, Papa Diangienda Kuntima évoqua l'existence d'une lettre qu'il avait exigée à leur père lors de cette fameuse passation de pouvoir. Il expliqua d'ailleurs dans quelle circonstance Papa Kisolokele Lukelo l'avait découvert dans un tiroir, alors qu'il était venu passer quelques jours de vacances chez lui à Kananga (révélation faite par lui-même Papa Diangienda Kuntima). Cela étant, peu avant sa mort en 1958, mama Muilu Kiawanga Nzitani Marie confia donc l'Eglise à son fils cadet, avant de s'éclipser définitivement.
Papa Diangienda Kuntima sera pendant un peu plus d'une trentaine d'années le chef spirituel et représentant légal incontesté de l'E.J.C.S.K. Secondé par ses deux frères aînés, Papa Kisolokele Lukelo et Papa Dialungana Kiangani, il travailla pendant tout ce temps en symbiose avec eux sans malentendus majeures, car tous les trois étaient spirituellement une seule et même personne. Ils incarnaient à trois la Sainte trinité : une sacro-sainte vérité que confirme l'hymnologie kimbanguiste à travers des cantiques divinement inspirés.

Dieu étant un Dieu d'ordre et non de désordre, les Trois en Un (Papa Kisolokele Lukelo, Papa Dialungana Kiangani et Papa Diangienda Kuntima) profitèrent des 5 mois qu'ils passeront ensemble à Nkamba pour régler les précieux détails de leurs propres successions : d'abord celle qui aura lieu entre Papa Diangienda Kuntima et Papa Dialungana Kiangani, puis celle qui se fera plus tard en 2001 entre Papa Dialungana Kiangani et Papa Simon Kimbangu Kiangani.
De 1921 à 2001, on a constaté un fait hautement important qui mérite d'être signalé: la succession au sein l'Eglise kimbanguiste s'effectue depuis lors entre le Saint-Esprit et Jésus-Christ. En effet, Papa Diangienda Kuntima (la réincarnation de son père) succéda à son père Papa Simon Kimbangu (le Saint-Esprit incarné), et Papa Simon Kimbangu Kiangani (la deuxième réincarnation du Saint-Esprit) à son père Papa Dialungana Kiangani (Jésus-Christ venu au monde pour la deuxième fois). En fin de compte, il ne serait donc pas étonnant qu'à l'avenir le Saint-Esprit remette de nouveau les leviers de commande entre les mains de Jésus-Christ, le véritable chef spirituel de l'Eglise universelle.

Il n'y a rien de fortuit dans ce schéma spirituel car l'Eglise kimbanguiste (on ne le dira jamais assez) ne peut être dirigée que par Dieu lui-même : « Lingomba ya Ntoma ewuta na lola... Mokonzi ye moko bandimi nde b'Angelous ». Personne ne forcera donc qui que ce soit à admettre le fait que Papa Simon Kimbangu Kiangani est le Saint-Esprit, parce que nos trois Papas (Kisolokele Lukelo, Dialungana Kiangani et Diangienda) nous avait déjà averti qu'après eux viendrait leur Père; et la confirmation nous est venue par la suite des anges du ciel à travers les cantiques divinement inspirés.
Aujourd'hui, les nombreux témoignages sur Papa Simon Kimbangu Kiangani, résultant des visions et théophanies le concernant, reflètent parfaitement la profondeur de ses inédites révélations. Et c'est justement ce qui nous permet de découvrir en lui un chef spirituel hors du commun, doté spirituellement du même charisme que nos trois Papas.

Pour ceux qui ne le savent pas, nous rappelons que la passation de pouvoir en vue de la succession entre Papa Diangienda Kuntima et Papa Dialungana Kiangani avait eu lieu en 1989 au cours de la période des 5 mois de Nkamba. Il avait été décidé en fonction de leurs dates de naissance que : Papa Kisolokele Lukelo né en février partirait en premier, Papa Diangienda Kuntima né en mars s'en irait aussitôt après et Papa Dialungana Kiangani né en mai bouclerait la boucle. Donc, c'est à lui que revenait de plein droit la responsabilité de diriger l'Eglise après le départ de ses deux frères, de recevoir la demande de pardon du péché originel, de révéler aux fidèles kimbanguistes la véritable date de naissance de Jésus-Christ et surtout de remettre avant son propre départ l'Eglise entre les mains de leur propre père Papa Simon Kimbangu Kimbangu, né Simon Kimbangu le 12 octobre 1951. Le post-nom de Kiangani n'a été rajouté qu'avec la politique de l'authenticité instaurée par le président Mobutu Sese Seko à partir de 1971, qui préconisait entre autres l'abandon des prénoms chrétiens.

Souvenez-vous qu'en son temps Papa Diangienda Kuntima avait dit que « si Jésus-Christ avait eu une progéniture lors de sa première venue, c'est au sein de cette dernière que serait né le Saint-Esprit ». Puisque Papa Dialungana Kiangani (le Christ venu pour la deuxième fois) a eu des enfants, il faut donc en déduire que le Saint-Esprit est forcément présent parmi eux. En 1962, à Nkamba, Papa Diangienda Kuntima avait choisi un groupe de 12 jeunes filles, à qui il avait révélé que leur père Simon Kimbangu était déjà revenu sur terre ; c'est lui qui dirigera l'Eglise après eux, mais par contre il sera combattu sans relâche le moment venu.
Et depuis 2003, mama Alphonsine Wasisilakio et mama Louise Nkebani (qui faisaient partie du fameux groupe précité de 12 n'ont cessé de rappeler aux kimbanguistes les divines révélations de Papa Diangienda Kuntima au sujet de leur père Papa Simon Kimbangu Kiangani. Dans le même ordre d'idée, il importe de signaler qu'en 2005, lors du séjour de ce dernier à Brazzaville, papa Matthieu Ouattoula (l'une des rares personnes qui se trouvaient dans la voiture de Papa Diangienda Kuntima lors de son accident à Kunda Masangu le 29 juillet 1958) avait publiquement fait cette confidence au centre kimbanguiste du plateau des 15 ans : « Papa Diangienda Kuntima m'avait dit que je ne mourrais pas avant d'avoir vu son père à l'œuvre. A présent que cela s'est accompli sous mes yeux, j'en suis plus qu'heureux ».

La succession au poste de chef spirituel et représentant légal de l'E.J.C.S.K est un acte spirituel et réglementé, qui ne se fait ni dans l'improvisation ni dans la précipitation. Il se déroule normalement en trois phases distinctes : d'abord le choix du dauphin, ensuite son « initiation » et enfin la passation de pouvoir. Par rapport à ça, on peut se poser trois bonnes questions : qui avait été choisi par nos trois Papas pour prendre leur relève ? Qui a donc pu être initié par Papa Dialungana Kiangani dans le but de lui succéder ? Avec qui notre vénérable Papa avait-il effectué la passation de pouvoir ?
S'il est vrai que le chef spirituel et représentant légal ne peut sortir que de la lignée des descendants mâles (petits-fils) de Papa Simon Kimbangu (rapport de l'assemblée générale de l'E.J.C.S.K tenue à Nkamba en 1997), il va sans dire que tous n'ont pas vocation à le devenir car « n'est pas chef spirituel qui veut ». Seul celui qui a été divinement choisi et qui a les qualités spirituelles requises peut accéder à la tête de l'Eglise kimbanguiste.

Selon l'esprit du message de Papa Diangienda Kuntima du 16 mai 1980 à Matadi, un seul sur leurs 27 enfants (nés de Kisolokele, Dialungana et Diangienda réunis) avait été choisi pour prendre la relève le jour où ils ne seront plus : cet enfant auquel il fait allusion n'était autre que Papa Simon Kimbangu Kiangani, qui n'est autre que la réincarnation de leur propre père. On a déjà assez développé cet aspect, on ne va donc pas s'étendre davantage en ce qui concerne le choix.
La transmission d'un quelconque savoir ou pouvoir se fait naturellement en fonction de l'initiation et très exactement à la fin de celle-ci. En effet, un maître ne confie les symboles du pouvoir ou les secrets du savoir à son élève qu'après l'avoir initié. Mais, dans le cadre de l'E.J.C.S.K, on ne peut pas parler d’initiation comme telle car Dieu ne peut s'initier soi-même puisqu'il est l'alpha et l'oméga. En guise « d'initiation », le chef spirituel en fonction déclenche plutôt le processus de mise en orbite de son futur successeur, par lequel il lui transmet en douceur les rênes du pouvoir.

Tout en le mettant en avant avant l'heure, il lui délègue certaines missions relevant uniquement de sa compétence exclusive. C'est dans ce contexte que Papa Simon Kimbangu Kiangani hérita en 1997 de la gestion de Nkamba presqu'une année entière, qu'il alla en 1999 à Boma exhumer les restes de mama Kinzembo, à Lubumbashi inaugurer la même année le temple du centenaire, et à Kimbata Kuluzu en 2000 représenter Papa Dialungana Kiangani. Bien sûr qu'on peut allonger davantage le chapelet d'illustrations mais on préfère s'arrêter là.
A vrai, c'est Papa Simon Kimbangu lui-même qui était allé chercher le corps de sa tante nourricière dans le Bas-fleuve. Papa Kayombo et papa Nzinga, qui étaient à cette époque-là les deux plus proches collaborateurs de Papa Dialungana Kiangani, ont déjà eu à témoigner positivement sur la révélation faite à ce propos par ce dernier. En agissant ainsi, le chef spirituel en place transmettait aux kimbanguistes ce petit message simple et clair : « Je suis sur le point de partir, voici donc mon successeur ». En effet, il s'agit là d'un message codé que seuls les kimbanguistes avisés pouvaient décrypter en temps réel.

De nos jours, la passation de pouvoir entre l'ancien chef spirituel et le nouveau ne se passe nulle part ailleurs qu'à Nkamba et a secrètement lieu entre eux en l'absence de tout témoin. Pourquoi uniquement à Nkamba ? Parce que Nkamba est la nouvelle Jérusalem et c'est là que se trouve le saint des saints : le « kinlongo » c'est-à-dire le mausolée de Papa Simon Kimbangu.
Par contre, il n'y a pas d'échéance préalablement fixée par l'E.J.C.S.K puisque la passation de pouvoir peut se faire à long ou à court terme. En général, elle intervient très souvent quelques jours ou quelques mois, voire une ou plusieurs années avant la disparition du chef spirituel en fonction. En effet, dans l'Eglise kimbanguiste, la passation de pouvoir entre celui-ci et son successeur se fait impérativement de leur vivant ; mais le second ne remplace effectivement le premier qu'après sa disparition.

Le point crucial de la succession est sans aucun doute la remise des insignes du pouvoir au nouveau chef spirituel par son prédécesseur: il s'agit précisément du « mvuala lulendo » (bâton de commandement) et de « nsabi za kinlongo (clefs du mausolée de Papa Simon kimbangu). En réalité, et en vérité, ne peut se déclarer chef spirituel de l'Eglise kimbanguiste que celui qui détient ces deux fameux insignes.
Et dans un cantique divinement inspiré et capté en kikongo, seul Papa Simon Kimbangu Kiangani et personne d'autre ne se révèle en être le principal détenteur. En voici quelques paroles : « ...Mvuala ya lulendo kua mono yena, nsabi za kinlongo mono yavewa zo, kuna yavewa salu kua ma se meto beno kaluakala ko ». Traduction : « … Le bâton de commandement et les clefs du mausolée sont en ma possession, aucun de vous n'était présent là où nos Pères m'ont confié la responsabilité de l'Eglise ».

En conclusion, Papa Simon Kimbangu Kiangani n'est pas devenu chef spirituel et représentant légal de l'E.J.C.S.K à l'issue d'un quelconque vote ou compromis, mais uniquement par la volonté souveraine et divine de nos trois Papas.

A bon entendeur, salut !

_________________
Bobangi bua Njambe ezali ebandeli ya mayele.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com