*** Index du Forum ***

Site Internet d'information sur l'Envoyé de Jésus Christ, Simon Kimbangu, et son oeuvre.
Nous sommes le 24 Mai 2019 01:10

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: LA SYMBOLIQUE ARRESTATION
MessagePosté: 15 Sep 2015 13:00 
Hors ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2007 22:47
Messages: 193
Localisation: France
LA SYMBOLIQUE ARRESTATION

A l’apogée de la vie et de la passion de Simon KIMBANGU, il est plus que certain que des archives inédites n’ont pas encore été compulsées et que des tonnes de détails plus précis, tenus secrets pour le moment, seront à découvrir, dussent-elles prendre des années entières pour les déchiffrer et les classer.

Papa Simon KIMBANGU, Maître incontesté du monde céleste et de l’univers, était venu ici-bas un 12 septembre 1887, revêtu de son enveloppe terrestre pour venir y parachever une mission concrète dont la voie empruntée était jalonnée de tribulations. Aujourd’hui, à la date commémorative de sa naissance sus citée, en occurrence, cent vingt-huit ans après sa mort, cette page d’Histoire encore incomplète car beaucoup trop d’éléments sommeillent encore sous scellés, étreint toujours le cœur.

Il était descendu du ciel pour tous ceux qui l’avaient accepté et aimé de tout leur cœur, mais aussi, pour tous ceux qui l’avaient renié et traqué comme une bête dangereuse pétrie d’intentions meurtrières. Il était là pour les bons et les mauvais. Sa parole s’était répandue comme le miel qui coule d’un essaim; il était le lien entre le ciel et la terre des hommes. Il n’avait nullement besoin de posséder l’apanage d’érudits théologiens formés par d’éminents professeurs, puisqu’il était bien plus que cela vu que toute sa personne était l’essence même de l’OMNIPOTENCE et de l’OMNISCIENCE que nul ne saurait dispenser à ce jour comme des cours ordinaires.

Il n’avait endossé aucun manteau de gloire pour combattre ses persécuteurs parce que son corps céleste était hissé au-dessus des souffrances terrestres. Ceux qui avaient cru meurtrir sa chair, ne maltraitaient en fait qu’une enveloppe physique revêtue, pour sa venue parmi les hommes. Sa vie durant, il s’était livré à une tâche monumentale : celle de sortir du ruisseau du bannissement la race noire. Il s’était rabaissé à sa plus simple expression humaine pour dissimuler sa splendeur sublime.

Très serein, c’est par la prière, qu’il avait durant son court ministère vaincu la mort, en ressuscitant le souffle de vie ; qu’il avait redressé les membres difformes pour les rendre fonctionnels ; qu’il avait ôté les éclats des yeux condamnés à la nuit éternelle afin qu’ils vissent à nouveau la lumière ; qu’il avait dénoué les cordes vocales et délié la langue privées de l’usage de la parole …
Devant cet amoncellement de miracles qui étaient aussi puissants les uns que les autres et qui augmenta en puissance la renommée du « ntumua » (Envoyé), il était devenu pour les missionnaires, l’homme à abattre sans souffrir de délai !!
La machination infernale se mit alors en branle pour pourchasser Simon KIMBANGU et procéder à son imminente arrestation. Mais le cours des événements ne suivit pas la trajectoire que le haut commandement militaire pensait aisément diriger de main de maître.

En envahissant Nkamba, le 6 Juin 1921 qui alors, n’était qu’un pauvre village sans distinction particulière, les missionnaires colonialistes ne trouvèrent pas sur les lieux, le malfaiteur qu’ils recherchaient. Et pourtant, l’Homme de Dieu ne se rendit coupable d’aucun délit de fuite, vis-à-vis des autorités tortionnaires, mais simplement, il n’était pas encore temps pour lui de se rendre, de se livrer entre leurs mains. Il s’exila, à leur insu, de Nkamba pour un court moment car il avait d’autres exhortations, d’autres recommandations qu’il n’avait pas encore fini de proclamer à son peuple. Ainsi, pour porter son message, il sillonna des villages et des villages dans lesquels, pour certains habitants, il n’était pas le bienvenu !

Après son mémorable et historique discours du 10 septembre 1921 à Mbanza-Nsanda où il demeura trois mois environ, le temps qui lui était imparti touchant à sa fin, il reprit le chemin du retour pour Nkamba, au cours duquel, s’arrêtant ça et là, il prodigua les derniers conseils, les dernières prédications signifiant clairement ainsi son ADIEU. Souvenons-nous, du plus profond de notre croyance que sa dernière et puissante interpellation testamentaire à Mbanza-Nsanda nous invite à une profonde méditation pour comprendre qu’en fait, il nous a exhorté à ne plus vivre le reste de la vie terrestre pour des convoitises d’hommes, pour la volonté de Dieu !

En nous référant au message du 29 Juillet 2007 de son Eminence Simon KIMBANGU KIANGANI, nous en relevons ce petit passage de son allocution :
« Au cours d’une halte dans une maison (pour reprendre des forces sans doute), une clameur s’éleva, s’intensifia à l’extérieur. Les gens surexcités criaient en disant : « Venez ! Venez voir ce qui se passe ici ; il y a quelque chose d’extraordinaire qui se produit ici dehors ! ». En levant les yeux vers le ciel, ils virent bien distinctement imprimés dans l’espace, le sigle de trois lettres : O. K. V.
Poursuivant son allocution, le Chef Spirituel avait demandé aux fidèles ce jour-là, s’ils avaient une petite idée de ce que pouvait signifier ces trois lettres. Ayant évidemment répondu par la négative, PAPA avait poursuivi en décomposant chaque lettre, et le tout réuni avait engendré cette phrase en kikongo :
« O KANA NZAMBI VANGAMA YE VANGAMA »
Nous la traduirons librement par : « Ce que Dieu préconise, se réalise à tout prix ».
Cette phrase explicite, annonçait la fin du ministère de Simon KIMBANGU, par l’enclenchement du processus inéluctable de son arrestation le 12 septembre 1921 dont nous célébrons simultanément aujourd’hui par rapport à sa naissance, le quatre-vingt-quatorzième anniversaire ; mais elle annonçait aussi, très symboliquement, un nouvel essor pour le peuple noir. En se livrant spontanément aux autorités coloniales, le Maître du Monde venait de mettre un terme à toute une ère d’esclavagisme et aux nombreuses persécutions y attenant, perpétrées sur la race des honnis. Soulignons que les étapes de cette libération avaient été franchies par fractions de temps.
Nous sommes les héritiers d’un trésor que nous négligeons encore aujourd’hui : la BIBLE !
Livre sacré dans lequel Simon KIMBANGU a puisé tout son enseignement. En nous y conformant, nos soupirs d’affligés seront entendus comme une prière, par Lui. Soyons transformés par le renouvellement de notre intelligence et accédons à la sagesse, car lorsque nous ne faisons que partiellement la volonté de Dieu, notre vie devient médiocre, insipide.
L’arrestation de PAPA SIMON KIMBANGU était pour nous, une amorce vers une renaissance complète ; pour nous, son peuple brisé qui semblait être de trop sur cette terre. Par son sacrifice, il nous a rétablis dans nos droits d’hommes libres. N’effaçons jamais cela de notre conscience.

Hélène Gisèle BOUKOU


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com